Le cloud en quelques mots et chiffres

Le cloud en quelques mots et chiffres

Le cloud est désormais largement répondu au sein des entreprises. Présent sous différentes formes avec des niveaux de sécurité variables, il constitue un véritable challenge pour les DSI et les RSSI. Alors quels sont les modèles de services cloud actuels et leurs bénéfices?

Aujourd’hui, selon une étude de CITO Research, plus de 93% des entreprises utilisent le cloud avec un budget alloué qui augmente d’année en année. En outre, le marché mondial du cloud public est estimé à 186,4 milliards de dollars en 2018 selon le Gartner avec un taux de progression de 21,4% par rapport à l’année précédente.

Marché du Cloud - Interdata

Issu de l’expression anglaise « cloud computing », signifiant  » informatique en nuage », le cloud a pour objectif de partager des ressources (calcul, stockage, réseau, système d’exploitation, base de données, applications…) afin d’en optimiser l’usage et le coût.

Dans le monde BtoB, ces services cloud sont nommés BPaaS (Business Process as a Service). Il regroupe tout type de besoins métiers délivrés sur la base du modèle de service cloud. Ces services cloud revêtent différentes formes et regroupent différents types de modèles.

SaaS, Software as a Service

Le service cloud le plus ancien mais aussi le plus répandu et le plus simple est le SaaS, Software as a Service. Selon de nombreux observateurs, la première application SaaS de type entreprise date de 1999 avec le lancement de salesforce.com.

Dans ce modèle de cloud, l’entreprise accède à l’application depuis n’importe quel poste connecté à Internet avec un simple navigateur web. L’éditeur se charge de l’hébergement, de rendre l’application toujours disponible et de la mettre à jour au fur et à mesure des développements et des correctifs. Les clients paient alors ce service selon un abonnement à l’usage.

Marché du Cloud - Interdata

Aujourd’hui, il existe des milliers d’applications SaaS dont les plus populaires en entreprise sont Microsoft Office 365, Box, Slack ou encore Webex. Selon le Gartner, le marché du SaaS représente environ 40% du marché mondial du cloud en 2018.

PaaS, Platform as a Service

Le second type de service cloud est le PaaS, Plateform as a Service. Pour ce service, le fournisseur met à disposition de son client l’infrastructure réseau et stockage mais aussi le middleware tels que les systèmes d’exploitation, les serveurs web, les bases de données.

Le client gère alors son application et les données associées. La facturation se fait là encore à l’usage. Par exemple, Microsoft Azure ou encore IBM proposent ce type de service.

IaaS, Infrastructure as a Service

Le troisième type de service cloud est le IaaS, Infrastructure as a Service. Dans ce cas, le fournisseur de service met à disposition les serveurs, le réseau, le stockage et la couche de virtualisation. Le client se charge alors des couches supérieures telles que le middleware, les applications ou encore les données. La facturation peut se faire sous forme d’abonnement ou à l’usage.

Ce type de service cloud est le plus flexible car il permet un déploiement automatique (et donc très rapide) d’une infrastructure comprenant les serveurs, le réseau, le stockage et le compute. En parallèle, le client garde un contrôle total de son infrastructure en achetant les ressources seulement quand il en a besoin.

Les principaux acteurs de services IaaS sont Microsoft Azure, Amazon Web Services ou encore Google Cloud plateform. En 2018, le marché du IaaS représente environ 22% du marché mondial du cloud public selon le Gartner. C’est le segment qui observe la plus forte croissance avec 35,9% d’augmentation par rapport à l’année dernière.

Marché du cloud - Interdata

Ces 3 grands services cloud (SaaS, PaaS et IaaS) sont appelés public car les ressources hébergées sont à la disposition de tous. A contrario, les ressources d’un cloud privé ne sont affectées qu’à un seul client.

Les cas du cloud privé

  • le datacenter est en propre dans les locaux des entreprises (infrastructure on-premise)
  • le datacenter est en colocation dans un site d’hébergement : dans ce cas l’hébergeur met à disposition essentiellement des mètres carrés, de la puissance électrique et de la climatisation
  • le datacenter est hébergé sur des serveurs physiques fournis par l’hébergeur.
Cloud privé ou public - Interdata

Pour une entité ayant des infrastructures en cloud privé et en cloud public, on parle alors de cloud hybride. Cela permet de combiner la stabilité et la fiabilité du cloud privé avec l’accessibilité et la flexibilité du cloud public.

Cet environnement multi-cloud est une réalité pour plus de 69% des entreprises dans le monde selon 451 research. Il est alors nécessaire d’avoir une gestion homogène des différents systèmes avec le même niveau de visibilité, de sécurité, de flexibilité et de simplicité.